Les Reines


L’abeille Carniolienne, aussi appelée Carnica

Principales qualités :
Tout d’abord il est bon de savoir que sa réputation d’abeille essaimeuse provient largement du modèle d’apiculture de certains pays d’origine, ou on ne sélectionne pas forcément contre l’essaimage, car c’est encore aujourd’hui un modèle de multiplication des colonies au sein des exploitations.
La carnica, lorsque sélectionnée contre l’essaimage n’est pas forcément plus essaimeuse que d’autres races et cette réputation demande certainement à être révisée. 
Son aire géographique d’origine se situe dans les Alpes autrichiennes et les Balkans : Autriche (Carinthie), Slovénie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie. 
L’aspect de l’abeille est à première vue, gris.  De larges bandes de poils gris recouvrent l’abeille.  Mais une carnica peut aussi, et naturellement, présenter de légères couleurs bronze.  Ces couleurs, sauf en cas de forte pollution génétique, n’influent en rien sur les caractéristiques de l’abeille. 
La butineuse grise vit entre 4 et 9 jours de plus que les abeilles des autres races.
La longueur de sa langue est dans la moyenne (6.5 mm) et lui permet de butiner presque toutes les fleurs.
Elle est reconnue pour ses qualités de nettoyage du couvain malade, elle est également d’une douceur sans reproche, en fait au printemps l’enfumoir est quasi-inutile ! Elle est très rustique; c’est une abeille qui hiverne très facilement et qui consomme très peu de nourriture pendant les mois d’hiver.
Dès le début du printemps, elle démarre très vite. La population s’accroît très rapidement.
Elle est très résistante aux maladies telles que loques, couvain plâtré, nosémose.
Les meilleures colonies se débarrassent partiellement des varroas, ce qui n’empêche en aucun cas de se passer des traitements pour le môment!! 
La ponte est très abondante, garantissant constamment la présence de 5 à 6 cadres pleins de couvain. Cette ponte est étroitement liée aux rentrées de nectar et de pollen. Que la nourriture vienne à se faire rare dans la nature et les reines ralentissent leur ponte aussitôt, ce qui assure une bonne gestion des réserves en nourriture stockée. En effet, prévoyante, la carnica (comme l’abeille noire et la caucasienne) va ralentir sa ponte, voire la stopper. Si ces périodes sont trop longues, il faudra entretenir la ponte par l’apport de nourriture. Ceci est valable pour toutes les races d’abeilles. Dans ces dures périodes de disette, elle est très pilleuse. 
La carnica est une très forte bâtisseuse. 
Les couleurs classiques d’une reine carnica sont le gris-noir mêlé de couleur bronze.
Les mâles des colonies non hybridées sont de couleur noire.
Si du jaune apparaît chez les mâles, votre reine a été fécondée par au moins une autre race (bon test pour voir la pureté de vos carnicas). 

En résumé : Elle est douce, butine par temps frais, pilleuse lors des disettes, entoure bien le couvain de miel pour l’hivernage, la reine réduit sa ponte si ressources insuffisantes, prévoyante pour l’hivernage, très rustique et facile à hiverner même en petites colonies, très faible consommation hivernale démarrage précoce au printemps et développe de grosses colonies.


L’abeille Buckfast, aussi appelée « Frère Adam »

Principales qualités:
Reine prolifique reconnue pour sa douceur comportementale, à tout moment et en tout lieu.
Les abeilles Frère Adam sont d’excellentes butineuses. Une tâche facilitée par la longueur de leur langue qui leur permet de butiner diverses fleurs, même celles à corolles profondes.
Cette abeille est très résistante notamment au climat froid et à certaines maladies (comparée surtout à l’abeille noire).
Une abeille peu encline à l’essaimage.

Principaux défauts :  
Pour bien hiverner, l’abeille Frère Adam a besoin d’une grande quantité de provisions.
En effet, elle a tendance à consommer beaucoup de nourriture.
Ce qui implique une surveillance régulière des réserves et ce, durant toute la période hivernale. 
L’abeille Buckfast® ou frère Adam Aujourd’hui, cet hybride à la faveur de beaucoup d’apiculteurs. Buckfast® étant une marque déposée, elle est plus couramment appelée frère Adam.
Cette abeille a été créée à partir de croisements de multiples races, mais elle possède un patrimoine génétique majoritairement emprunté à l’abeille mellifera ligustica.
C’est le frère Adam (1898 – 1996) de l’abbaye de Buckfast située dans le Devon (Angleterre) qui a réalisé un travail considérable d’hybridation, allant chercher dans une multitude de pays des abeilles aux caractéristiques qui l’intéressaient.
Il a réalisé cela afin de renouveler le cheptel de l’abbaye de Buckfast suite à une épidémie d’acariose.
C’est une belle abeille, prolifique et douce, certains apiculteurs la trouvent essaimeuse (mais moins que la carnica) et peu adaptée aux récoltes de printemps. La langue de la frère Adam mesure 6.3 mm et ne lui permet pas de butiner de manière optimale toutes les fleurs à corolles profondes.
Les reines ne sont pas toutes de même couleur, car comme pour les autres races, cette hybride peut provenir de différents élevages où elle a subi de mutations génétiques naturelles.
Elle est très agréable à travailler et il est logique que les apiculteurs préférant une manipulation facile de leurs colonies optent pour cette race qui semble toujours beaucoup promettre. Elles sont très prolifiques ce qui donne bien sûre de grosses colonies et comme elles sont très travailleuses, elles donnent en générale de belles récoltes (si la nature le permet).
Certaines souches sont plus résistantes au froid que d’autres. Leurs consommations de provision hivernale sont toutefois plus importantes que pour d’autres races et comme pour l’abeille italienne les provisions doivent être surveillées tout au long de l’hiver surtout dans les climats froids ou si les hivers sont longs.

En résumé : Elle est très douce, très travailleuse, un peu essaimeuse, la reine est très prolifique, elle doit hiverner avec de grosses provisions, développe de grosses colonies, bonne productrice.